Méditation septembre 2015 | rencontre méditation respiration

Méditation septembre 2015

Bien souvent, la paix et la tranquillité sommeillent en nous sous des couches d’énervement et de bruit. Retrouvons le secret des profondeurs, et cette immensité sereine qui relève de l’esprit, de ce qui nous relie, et de notre âme .Le silence permet l’ouverture à d’autres mondes, aux autres et à nous-mêmes. Nous pouvons nous laisser envahir par un ailleurs, quelque chose d’inconnu qui nous relie. Il existe un au-delà de nous qui nous inspire et nous dirige.

Il s’agit donc de prendre conscience de nos barrages, engendrés par la peur. Chaque fois que nous avons l’audace de sauter dans le vide, ou dans ce que nous croyons être le vide, nous découvrons d’autres mondes, tout devient naturel, évident, flamboyant, et les soucis quotidiens disparaissent. Ils ne sont en effet que le fruit de la distraction. N’oublions jamais de redescendre dans les profondeurs de l’être et du cœur. Là, chaque petite chose de la vie devient source d’harmonie.
Dans la sensation physique d’exister il est nécessaire de retrouver la force de la terre et la lumière du ciel ; cela nous rend présent au moindre détail de la vie. A partir de cet enracinement, nos limites peuvent se dissoudre, notre cœur grandir, et devenir le cœur de l’humanité entière.

Une aide permanente nous accompagne et nous habite. Nous retrouvons les autres dans le niveau de fréquence où nous nous trouvons nous-même. Si notre niveau vibratoire est harmonieux, nos actions le seront aussi. Avant de s’en aller au travers du monde pour imposer la paix, trouvons la en nous-mêmes, c’est de là qu’elle se répandra le mieux. La seule manière d’apaiser l’agitation, c’est de l’observer se manifester à l’extérieur, étant nous-mêmes enracinés dans nos profondeurs. De ces profondeurs, jaillissent trois mots : accueil, silence, confiance.

Dans la paix et le silence partagés, une présence se déploie; c’est le lien qui nous unit, la lumière qui nous transforme, un au-delà de nous-mêmes qui grandit, ne laissant aucune place à la culpabilité. Le vrai silence est un baume pour tous les cœurs. Il nous plonge dans notre essence commune.

Dans l’unité, nous vivons une joie indicible parce qu’elle n’est plus personnelle, et là toute difficulté devient un ferment pour notre évolution.

Ainsi, en changeant de regard, nous changeons notre vie.