Méditation juin 2019 | rencontre méditation respiration

Méditation juin 2019

Juin 2019
Développons la liberté intérieure, qui permet d’accueillir tous les ressentis, ainsi nous pouvons nous
abandonner à l’inconnu.
Il représente un élargissement de la conscience, un pas de côté, une incursion dans un monde plus vaste, plus présent, plus vivant.
Alors, tous les petits ennuis quotidiens disparaissent dans une sorte de grand paysage ensoleillé. Laissons nous envahir par ce soleil nouveau, il réchauffe toutes les parties de nous-même qui ont froid, faim, et se sentent perdues.
Nous pouvons consciemment prendre une grande inspiration, c’est une manière d’ouvrir des portes nouvelles, de dire oui à ce que l’on ne connait pas encore.
Dépasser nos limites est d’abord une démarche intérieure.
Dans ce moment particulier de reliance à soi-même, il est aisé de découvrir ce monde dont la porte s’ouvre.
C’est seulement dans la détente que nous pouvons recevoir ce qui vient de plus loin, d’ailleurs…

Comment se dés-identifier de la douleur ?
L’exprimer dans un contexte favorable peut l’atténuer ou la faire disparaître.
Lorsqu’une partie douloureuse du corps est traversée par la conscience, il en résulte le plus souvent une amélioration, voire une guérison.

Nous sommes en même temps une source de lumière individuelle et la source primordiale de la vie. Dans cette conscience, tout ce qui nous arrive est utile et nécessaire, même ce qui nous paraît terrifiant, difficile, insupportable.
Arrêtons de croire que nous avons à subir notre vie, ceci n’est qu’une pensée, une tension de l’âme. Regardons en toute chose le côté vaste et lumineux qui nous fait grandir.
Et là, aucune pollution ne peut nous atteindre C’est ainsi que la réintégration de tout ce qui fait notre vie nous ramène à l’unité souveraine.
Le corps en est le lieu d’accueil, l’instrument. .

L’univers entier peut être ressenti dans notre petite personne.
Elle est alors le réceptacle d’un ballet de cellules rieuses, et pétillantes comme des bulles de champagne.
Ce petit morceau de vie ressent l’existence toute entière ; ce ressenti mène à la joie, cette joie sans objet est la vie elle- même.
Elle est d’autant plus grande qu’elle est sans cause, sans objectif, et remplit totalement la minute présente.
Il n’y a donc à ce moment qu’à remercier, et remercier la fait grandir.
Rapprochons-nous encore et encore de ce que nous sommes vraiment, car la joie est là, et contient l’immortalité.
Si nous pouvons nous y noyer, elle continue après notre mort, elle se répand toute seule, il suffit de l’avoir vécu.
Cette petite graine de joie sommeille au creux des jours et des nuits secrètement, en totale discrétion ; elle se cache jusqu’au jour où l’âme dépouillée est prête à la recevoir.
Lorsqu’elle nous traverse, la vieillesse et la mort ont un autre visage, elles reçoivent un rayon de lumière : celui-ci nous transforme jusqu’au dernier souffle.
Ne jamais oublier cela nous permet de traverser toutes les épreuves, et de développer un espace intérieur illimité.
Notre vision du monde peut alors s’élargir tout au long de notre vie, même si nos sens diminuent, la vue, l’odorat, le goût …, autre chose grandit, s’élargit, et nous permet une perception différente de l’univers, de notre vie, du sens que l’on peut donner à chaque geste quotidien.
Lorsqu’on est conscient de cela, quelque chose en nous s’enracine de plus en plus, cela nous ouvre à d’autres mondes, à des possibilités nouvelles ; nous n’avons pas fini en tant qu’être humain de nous développer, de grandir, et de découvrir des espaces inconnus à travers ce monde matériel.

Il est des moments privilégiés, où nous sommes particulièrement réceptifs. Plus nous en sommes conscients, plus cette réceptivité est ressentie avec intensité, et se diffuse.

Respirons la lumière, respirons la joie, respirons la vie.